« Crédit : Le Figaro, par Simon Cherner »

Le site de Stonehenge (Wiltshire) accueille en temps normal plus d'un million de visiteurs par an. MEPL / Bridgeman Images

Entre site culturel et sanctuaire païen, le cercle de pierres mégalithique, «écologique» et «contemporain» se rêve, comme la vallée des Saints, en futur site touristique majeur du Finistère. Et une réponse bretonne à la cancel culture.

Aux grands Bretons, un cromlech reconnaissant. Ou plutôt un parc écologique et mégalithique inspiré du plus fameux des cercles de pierres au monde : le site britannique de Stonehenge. Cet improbable et monumental projet a été présenté début février par l'association bretonne Stone Breizh. Il présente une combinaison étonnante entre le Panthéon parisien, l'ensemble mégalithique d'outre-Manche et l'idée que l'on se ferait d'une salle des fêtes un brin disproportionnée. D'une étendue projetée d'à peu près 10 hectares, le site censé pousser autour de Carhaix (Finistère) n'attend plus que des financements. À hauteur d'un million d'euros.

Sur le papier, du moins, tout est déjà dressé. Le projet monumental se constitue de plusieurs cercles concentriques imbriqués les uns dans les autres. D'abord une large ronde végétale plantée de quelque 1400 arbres liés au calendrier celtique - chênes, ifs, ormes, puis un alignement de 36 stèles de schiste bleu. Enfin un cercle remarquable de blocs…

13 février, 2022