UN CONCOURS POUR DESSINER UN CERCLE MÉGALITHIQUE DU XXIème SIÈCLE

Qui parle de cromlech évoque le plus beau d'entre eux à savoir le cromlech à Stonehenge en Angleterre. Comme les alignements, les cromlechs sont des organisations de menhirs entre eux. Ici, ils sont disposés en cercle qui peuvent aller jusqu'à 100 mètres de diamètre. Parfois une pierre levée se trouve au centre. Les menhirs qui le compose, peuvent avoir entre un mètre et plus de trois mètres de hauteur. Ils ont été construits à la fin de la préhistoire entre 3500 et 2000 av. J.-C. Pour leur fonction on avance, soit l'idée d'un lieu de rassemblement cultuel, soit d'un lieu d'observation des astres ou de la Lune.

Le cromlech de Stonehenge à Carhaix, composé de 36 mégalithes de 6 m de haut, surmonté de linteaux, avec un diamètre de 43 mètres sera plus grand que celui de Stonehenge (37m).

Il n’ambitionne pas d’être une copie de son homologue d’Outre-Manche mais sera ancré dans la modernité après avoir été réinventé, revisité, transmué en œuvre d’art. De même que Gaudi n’a pas édifié une cathédrale du XIIIème siècle avec la Sagrada Familial mais en a fait une œuvre de son époque, de même que Cézanne n’a pas copié la montagne Sainte Victoire mais l’a recrée sur la toile par le prisme de sa sensibilité.

Appel est donc lancé aux imaginatifs, des scolaires aux adultes, de dessiner un cromlech du XXIème siècle, sans limite à l’imagination (hauteurs différenciées des monolithes,
forme générale…)  afin d’en faire une œuvre d’art et à nous faire parvenir cette proposition, même de façon succincte à : contact@stonebreizh.bzh ou par courrier.Le mégalithique armoricain a inspiré Stonehenge qui, à son tour, inspire StoneBreizh : 6.000 ans d’histoire ! Loin d’être une copie d’ensembles mégalithiques existant ailleurs, cette œuvre collective, revisitée de façon contemporaine au terme d’un concours, sera ancrée dans la modernité.

Proclamation du dessin retenu : le 15 juillet.

Le dessin retenu sera communiqué vers le 15 juillet, présenté par voie de presse et, bien entendu, l’association se réserve le droit d’y apporter des modifications, ne serait-ce que pour tenir compte des impératifs d’édification et de sécurité.

Le dessinateur s’engage à aliéner ses droits, l’association n’ayant aucune visée mercantile. Qu’y a t-il à gagner ? L’assurance que le nom du lauréat qui aura imaginé un site appelé à durer des milliers d’années et sa présentation figure en bonne place, sur un panneau de lave émaillée, sur le site appelé à être l’un des emblèmes de la Bretagne. A titre indicatif, l’ensemble mégalithique de Stonehenge attire chaque année plus d’un million de visiteurs.

Véronique Kerdranvat

Auteur de plusieurs ouvrages sur les traditions mégalithiques, Véronique Kerdranvat nous fait parvenir une proposition d’aménagement du futur site de StoneBreizh. N’hésitez pas à nous adresser également vos réactions, vos propositions de conception d’un cromlech contamporain.

« Je vous ai préparé un plan selon mes recherches et mon ressenti. De nombreux cercles de pierres servaient à des rites de passages. La structure était souvent composée d'un grand cercle séparé d'un cercle plus petit par une allée appelée la passerelle sacrée. Le grand cercle pouvait mesurer 30 mètres de diamètre. Comme je l'ai détaillé et expliqué dans mon dernier livre sur les mégalithes en Australie les cercles de pierres sont appelés "bora" par les Aboriènes. Au pays basque on les appelle bara comme les miches de pain chez nous ! En Argentine les menhirs sont gravés de symboles comme dans plusieurs pays. J'ai pensé qu'il serait intéressant de le faire aussi. L'allée serait composée de 2 ou 4 bétyles sacrés à l'image de celui retrouvé près de Pont l'Abbé à Kermaria... j'ai ajouté au centre du grand cercle le menhir aux quatre dieux trouvé à Plobannalec. il se trouve actuellement au musée de Quimper. Ainsi les rayons du soleil au solstice pourrait l'éclairer. Je vous joins une idée de ma représentation qui peut être modifier. Des linteaux de granit pourraient être ajouter ».

Mathieu Lochou

Mon ressenti :

Ayant eu écho de ce projet il y a quelque temps, j’y ai souvent repensé sans en comprendre la raison. Je me suis dit que c’était grand, ambitieux et vivant. Était ce ces choses là qui me plaisaient ? Oui mais pas que, je l’ai compris dernièrement en me lançant.

Je me suis lancé dans ce projet, en exprimant ma version de StoneBreizh, tel que je le ressens et c’est donc avec mon ressenti et m’inspirant des travaux d’Édouard que j’ai mis en œuvre (lors d’une nuit blanche) ma version de ce temple breton en devenir qui est déjà présent dans le coeur d’un grand nombre de gens et qui ne cessera de rassembler et faire se rencontrer les gens.

Slogan :

À mes yeux, le slogan “Coeur de Bretagne / Coeur de la Bretagne” est parlant aux yeux de tous et correspond activement à la volonté que je ressens de Stonebreizh. De fédérer et pour le faire il faut un moteur, alors si ce moteur est celui du cœur, il ne peut que réussir, grandir et surprendre par toutes les choses qu’il offrira à chaque instant pour tous.

Linteaux :

Sur mon plan, je vois six entrées incluant individuellement un linteau portés par deux monolithes. Pourquoi le chiffre six, car il représente à mes yeux la Bretagne. Cinq régions historiques ayant chacune leurs entrées, et une entrée pour la Bretagne unifiée. Les linteaux pourront peut-être aussi accueillir des sculptures avec le nom des régions en breton. À chaque région sa porte, au centre du cœur. Et une porte symbolique “Bretagne” tel un rituel pour celles et ceux qui l'empruntent avec la conviction de fédérer. Les portes peuvent aussi appeler chaque habitant des différentes régions à entrer par leurs portes respectives. Le Carhaisiens rentrera par la porte Penn ar Bed et (ainsi de suite), puis ils pourront sortir toutes et tous s' ils le souhaitent par la porte Breizh. À mes yeux, quel symbole puissant ! Une histoire qui fait rêver les gens et qui les fait venir pour “ce rituel” précieux aux yeux des bretons. Le chiffre six fait aussi partie du nombre 36 et en porte tout son sens.

Christian Galliou

Le cercle (en brun) rappelle le modèle circulaire grand-breton de Stonehenge et son tracé au sol se prête à son utilisation comme chemin de circumambulation.

Les monolithes sont répartis par 6 sur chaque côté de l’hexagone (en violet).

Les médiatrices (en brun) sont marquées au sol pour former des triangles équilatéraux : rappel des motifs géométriques en grille des mégalithes comme par exemple à Newgrange en Irlande. Les angles de 60° servaient de base aux bâtisseurs de cette époque pour mesurer l’espace ainsi que la course des astres et des planètes, un système connu des habitants de l’ancienne Mésopotamie, qui nous ont aussi légué la mesure du temps (60 minutes, 60 secondes). En se déplaçant vers le nord-ouest, ces peuples ont apporté leurs savoirs et l’agriculture en Europe. Des triskèles et des spirales sont associées au maillage des triangles et des losanges des mégalithes de Newgrange. Peut-être pourrait-on graver des figures similaires sur le menhir central vers lequel convergent les triangles matérialisés au sol ? Ces derniers symboliseraient alors l’espace et le temps mesurables sur terre par nos instruments, et les gravures du menhir-omphalos désigneraient l’espace-temps incommensurable du Cosmos en mouvement perpétuel (voir les théories d’Einstein sur la relativité et les légendes bretonnes sur les ruptures temporelles).


À noter : la droite AD est quasiment alignée sur un axe (relevé sur Google Earth Pro) constitué du menhir de Pontusval (à Plounéour-Brignogan-Plages), du cairn de Goasseac’h (situé à 800 m du futur menhir) et de Plaudren, Elven. C’est à Pontusval, selon une légende rapportée par Albert Le Grand en 1637, que Saint Derrien conduisit un dragon à la mer
(aerouant=dragon=l’ennemi) ; et Plaudren-Elven, hauts lieux du mégalithisme (que les collectivités commencent à mettre en valeur) ont été fondés en tant que paroisses par Saint Audren, alias Derrien. J’avais remarqué cette « bizarrerie » lors de recherches effectuées sur Vorganium-Kerilien, un autre site gallo-romain d’importance (voir les travaux de Louis Pape). Mes recherches ont mis en évidence des lignes virtuelles tracées à partir d’angles de 60° en rapport avec cette même légende.


La droite FC se trouve dans l’alignement du lever du soleil à 6H13 au solstice de l’été 2021 (Az. 73°50’) vu depuis Pen ar Roz. (Coordonnées 48°15’29,95 N et 3°33’3994 O ; élévation 134m). Il me paraît indispensable de bâtir ce cromlech à partir de cet axe soit par un marquage au sol soit par tout autre appareillage en pierre.
Une dernière idée : symboliser par cinq pierres ou stèles d’une part les 4 éléments primaires de la matière (eau- cohésion-fluidité, feu-température, terre-dureté, air-mouvement-vibration) et d’autre part l’esprit (pour contrer symboliquement les théories matérialistes et nihilistes).

Enfin, une dernière remarque concernant l’hexagone: en traçant deux diagonales par angle on obtient un sceau de Salomon, ainsi qu’en prolongeant les côtés de l’hexagone. Le dôme des églises du Temple (voir l’histoire des Templiers) était bâti sur cette structure géométrique, à l’image de l’église du Temple de Jérusalem. Certains historiens (comme Dom Morice) mentionnent au Ve siècle un Audren–Derrien– sous le nom d’Aldroen, comme fils et successeur du légendaire roi Salomon 1er d’Armorique. Salomon II, surnommé le Sage, est un autre roi légendaire du VIIe siècle. Et le plus grand roi de Bretagne est sans conteste Salomon (Salaün, en breton) né entre 810 et 820, mort en 874.

Hugo Bagarry - La SPIRALE StoneBREIZH

La spirale, symbole celtique : 

Les experts estiment que la spirale est le symbole le plus ancien de la culture celtique. 

Elle est représentative de l'énergie du rayonnement solaire et éthérique. Les spirales celtiques trouvées sur la pierre d'entrée de Newgrange, auraient été construites autour de 3200 av.JC.

Selon les recherches de Kate Johnson de l'Arizona State University en 1991, les motifs en spirale celtique étaient des représentations précises des étoiles fixes et des configurations planétaires les plus brillantes d'il y a des milliers d'années.

Les chercheurs suggèrent que la direction des spirales celtiques est primordiale. S'ils sont dans le sens des aiguilles d'une montre, ils sont associés à l'harmonie sur Terre et au soleil. S'ils tournent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, ils se rapportent aux sorts païens qui manipulent la nature. (Voir le lien)

Il est dit aussi que la spirale figure les rythmes répétés de la vie, le caractère cyclique de l'évolution et la permanence de l'être sous la fugacité du mouvement. 

Elle fait penser aussi à la « danse du Yin et du Yang » qui ne cessent de s'engendrer l'un l'autre.
La spirale est un élément important de la symbolique judéo-chrétienne, et y représente le souffle de la vie, qui englobe l’Homme et le tire à Dieu tout-à-la-fois. Rotation et ascension, révolution et élévation, tels sont donc les mouvements qui semblent animer l’univers. (Voir le lien)

Les spécificités de la spirale StoneBREIZH :

Il s'agit d'une spirale à 4 centres symbolisant les 4 directions de la rose des vents. La spirale sera orientée de façon à ce qu'au soleil levant, le jour du solstice d'été, les ombres des mégalithes de la ligne Est soient alignées avec le menhir central. La célébration du solstice d'été est aussi ancienne que l'est l'humanité. 

Nos anciens fêtaient cette date de la St Jean pour remercier le pouvoir de Dieu Père Soleil et célébrer la fécondité de la MèreTerre. 

La spirale sera composée de 18 mégalithes + 1 menhir central soit 19 pierres. Le chiffre 18 symbolise le bien-être de l’humanité. (Voir le lien) Le nombre 19, dans les temps anciens, était connu sous le nom de « nombre de reddition » (capitulation). (Voir le lien)

 Le cercle qui contiendra la spirale sera, également composé de 18 mégalithes surmontés de 17 linteaux sauf 2 qui marqueront l'entrée de la spirale. Pour certains, la mission du nombre 17 est de « Dessiner la manifestation d’un Monde Meilleur ». (Voir le lien)

Ce cromlech sera un lien entre l'énergie cosmique grâce à la spirale et l'énergie terrestre grâce aux mégalithes. La forme de la spirale à 4 centres permettra 4 alignements de menhirs, au lieu de 2 pour une spirale classique, perspective d'autant plus intéressante pour les regards contemplateurs. De nos jours, beaucoup de personnes se réunissent à Stonehenge pour célébrer cette journée particulière. Le cromlech de StoneBREIZH sera-t-il assez harmonieux et puissant pour inciter les fées et les esprits de la Nature à venir nous rejoindre lors de cette soirée si magique ? Comme dans la roue de médecine ou le cercle le de vie, la spirale StoneBREIZH représentera également les 4 éléments  la terre, l'air, l'eau et le feu ainsi que les 4 saisons de nos latitudes : le printemps, l'été, l'automne, l'hiver. La spirale sera composée de 18 mégalithes + 1 menhir central soit 19 pierres. Le chiffre 18 symbolise le bien-être de l’humanité (Voir le lien). Le nombre 19, dans les temps anciens, était connu sous le nom de « nombre de reddition » (capitulation). (Voir le lien)

Des allées en trez :

Les allées permettront aux visiteurs de faire « un tour de spirale » et de pouvoir approcher, toucher, se poser aux pieds des mégalithes. Elles seront suffisamment larges pour qu’il ait 2 sens de circulation, de part et d'autre des menhirs, et ainsi éviter les « bouchons » en cas d’affluence. 

Les pieds se poseront sur du trez breton, sable coquillier marin composé très majoritairement de fins débris de coquillage. De couleur beige-ocre, cette ressource régionale symbolisera le lien entre terre et mer, entre marins et agriculteurs bretons

En effet, le trez est employé fréquemment en Bretagne comme amendement calcaire pour les terres agricoles souvent un peu trop acides dans la région. Il a remplacé le maerl, algues calcaires longtemps exploitées et aujourd'hui protégées. (Exemple pour approvisionnement : Voir la page)

Pelouse et plantes locales :

Une verdoyante et récréative pelouse constituera le fond de la spirale. 

Ce reposant gazon sera ponctué, ici et là, par des plantes endémiques.

2 grandes familles seront retenues : 

les plantes de lande : roses, violines et blanches bruyères, jaunes ajoncs et genêts, arbrisseaux bien connues dans nos contrées comme autant de flocons de couleurs sur l'unité verte.

les plantes de sous-bois et autres bulbes : perce-neige, crocus, jonquilles, jacinthes,  muguet, muscaris, …compléteront, au printemps et en automne, la palette de couleurs de la spirale. L'ensemble, représentatif de nos contrées bretonnes, aura pour avantage, un faible entretien.